Make your own free website on Tripod.com

Bulle de neige

Bruxelles,  en mariée,
au regard timide
sous ton voile de tulle
tu as les yeux humides...
il est onze heures du soir
la voiture fend la glace,
les lumières dans le noir
éclairent savamment le brouillard,
les arbres dénudés
et saupoudrés de blanc,
te font la haie d'honneur;
les voitures rangées
en ce silence lent
sont toutes en uniforme, dans ce voile troublant.
les flocons désinvolte, tournent et virevoltent
puis viennent s'écraser, comme des larmes
sur la vitre et la bagnole glisse
sous ton manteau de lys...
Bruxelles, tu déploies ton charme et ta blancheur perfide
brille telle une nymphe, immaculée sylphide;
Bruxelles élégante, Bruxelles arrogante
sous ta poudre de riz
plus personne ne bouge
une ombre glacée, à la lisière du bois
promène un chien de pierre
ou un je ne sais quoi;
rien n'est déterminé,
rien n'est déterminable


Bruxelles ta longue nuit
ma rappelle la vie
et ton linceul blanc
qui recouvre la nuit
cache toutes les misères
du temps qui court
et fuit
qui draine avec lui les amours, emporte les toujours
et puis qui nous poursuit
de son voile si lourd
et de son sombre ennui
Dans le silence d'or
où plus sombre est la nui
moi je pense à la mort
qui partout nous poursuit...
assis auprès de moi,
un monsieur sans visage,
glisse sur mes bas de soie
une main pas très sage
où suis je , qui suis je, que fuis je
est ce mon désarroi
Bruxelles, tu me souris de toutes tes dents blanches....